Aujourdhui, les All Blacks affrontent les Wallabies, et le gagnant remportera la Bledisdoe Cup.

C'est du rugby.

Depuis quelques jours, les Wallabies font les unes des journaux, mais  pas à cause du rugby.

Non les raisons sont toutes autres.

Reprenons l'histoire depuis le début :
Le 28 septembre, Les Wallabies et le staff de l'équipe s'envolent vers le Bresil et doit ensuite rejoindre l'Argentine pour disputer un match. A bord, un joueur et le business manager ont des mots assez violents puisqu'une fois arrivé au Bresil, le business manager decide de repartir directement en Australie.

Jusque-là rien de bien passionnant, on se dit juste que l'échange entre ces 2 personnes a dû être particulièrement tendu pour qu'une des 2 personnes décident de quitter le groupe.

Sauf que l'histoire va prendre un sacré tournant. Le business manager est UNE business manager.

Une femme.

On pourrait croire que cela ne change pas grand-chose à l’affaire et pourtant…

L'affaire de s'arrête pas là.

On apprend quelques jours plus tard, que le joueur, Kurtley Beale pour ne pas le nommer,  serait interrogé par sa fédération pour avoir envoyé des photos et des textos outranciers.

Soyons honnêtes, dispute, textos outranciers, on s'est tous dit (enfin tous ceux qui suivaient l'affaire) "ouhhhhhhhhhh une histoire de fesses !!"

On y a tous tellement pensé que l'entraineur des Wallabies, qui a engagé Di Patston, a dû nier qu'il avait une relation avec elle.

Et, pour moi, c’est à ce moment-là que l’affaire a pris un nouveau tournant.

Alors qu’au départ, il s’agissait d’une histoire de rugby : un joueur qui doit expliquer un comportement déplacé dans le cadre du rugby à sa fédération, cette histoire est devenue une histoire malsaine et le procès d’une femme.

Les journaux ont alors commencé à enquêter sur le passé de Di Patston, la business manager, en particulier sur sa carrière et sur sa légitimité à être la business manager des Wallabies, ainsi que sur sa relation avec Ewen McKenzie. Ils ont déterré de vieux dossiers sans rapport avec l'histoire, la faisant passer pour une incompétente hystérique. Elle a fini par démissionner.

Le contenu de ces fameux textos a fini par être révélé. Beale a envoyé à tous les joueurs de son équipe une photo de grosse femme nue avec comme mention "Di, qui voudrait la baiser ??". Il a aussi envoyé par erreur le texto à Di Patston et c’est peut être à cause de ce texto que Beale et Patston auraient eu des mots dans l’avion.

L’affaire n’est pas encore terminée pour Beale qui attend une décision de la fédération sur une éventuelle sanction.

Reste qu’en tant que femme je ne peux m’empêcher de me poser des questions :
Cela serait-il arrivé si le business Manager avait été un homme ?
Aurait-on soupçonné McKenzie d'avoir engagé un incompétent s'il avait engagé un bon pote sans trop d'expérience dans le milieu sportif ?
Aurait-on imaginé que McKenzie puisse engager un homme parce que c'était son amant ?
Les joueurs auraient-il mieux accepté l'intrusion du business manager si celui-ci avait été un homme ?

Meme si on a surement pas tous les details, cette affaire c’est du harcèlement moral à base de sexisme considéré aussi comme du harcèlement sexuel, ni plus ni moins. 

Malheureusement dans le milieu sportif, être une femme est encore très, trop, difficile.
Il est temps que cela change.

 

Beale