En Nouvelle-Zélande, les filles jouent au Netball. C’est un sport, une sorte de basket, principalement féminin, qui est assez populaire. Je crois que c’est le seul sport d’équipe que je connaisse dont les équipes féminines sont beaucoup plus populaires que les équipes de garçons. Je pense que je vous en reparlerais un jour.

Le sujet du jour ce n’est pas le Netball.
Ce n’est pas non plus le fast5, une variante du Netball, dont le tournoi annuel vient de se dérouler en Nouvelle Zélande.

Ça c’était juste pour le contexte.

Le sujet du jour c’est ça : du folklore.

 

Ne croyez pas que les néozélandais font des Haka toutes les 5 minutes. D’ailleurs, ceci n’est pas un Haka. C’est un pōwhiri, et plus particulierement une petite partie du pōwhiri : le wero. Le pōwhiri est une cérémonie d’accueil. Je vous avais déjà parlé du wero là.

Les Kapa Haka sont des groupes flokloriques. Toutes les écoles ont un kapa haka, et pas besoin d’etre maori pour faire partie du kapa haka. Le kapa Haka de cette vidéo est celui d’un lycée d’Auckland.

On ne sait pas trop quoi penser de ce folklore.
Est-ce que les néozélandais ont raisons de le mettre en avant, est ce que ça finit par devenir ridicule ?
Difficile de répondre à la question.

Pourtant, quand on demande à des touristes pourquoi ils ont envie de venir en Nouvelle-Zélande, la première raison est presque tout le temps pour les paysages, et la seconde est principalement pour la culture, sous-entendu la culture maori.
Alors ensuite, il ne faut pas s’étonner si une fois sur place, on vous sert du folklore. Et finalement, les rares moments où on peut voir des hakas ou des pōwhiri, sont souvent les competitions internationales de sport.

Donc si vous envisagez de venir en Nouvelle Zélande, mais que le folklore vous gonfle, n’ayez pas peur, vous ne croiserez pas des gens en pagnes qui poseront des cadeaux par terre en signe de bienvenue.

 

regionalsgeneric-caro
credit photo: maori television