J’adore ces vacances d’été en décembre.
On profite du soleil en famille, ma mère est venue nous rendre visite alors nous lui montrons notre nouveau pays.
Et dans les must see touristiques ily a Kaikoura et surtout son whale watch.

Aller à Kaikoura fin décembre quand on habite à Christchurch c’est un peu comme aller au camping à St Tropez au mois d’aout quand on habite Marseille : ce n’est pas le meilleur moment.
Mais Kaikoura n’est pas St Tropez, et même si on y croise beaucoup de touristes, c’est quand même largement supportables (surtout pour des touristes comme nous).
Nous avons donc pris nos billets pour le whalewatch sur le site, et nous avons fait l’aller-retour dans la journée. 5h de voiture pour voir des baleines. Oui, ça valait le coup !

Apres une vidéo de sécurité, et un petit tour en bus pour aller du centre au bateau, nous sommes prêts à embarquer. Un jeune homme nous explique les baleines, Kaikoura, tout ça tout ça, il fait de l’humour, il nous appelle folks, ma mère en profite pour me demander quel est le rapport avec les renards… Folks maman, pas fox…

DSC_0536

On scrute l’océan à la recherche d’une baleine quand tout à coup, ça y est on en voit une. C’est une sperm whale, un cachalot, ce sont les baleines qu’on voit à Kaikoura. On ne voit qu’une toute petite partie de sa tête, mais la magie est là. On le sait, on le sent, devant se trouve un animal énorme de plusieurs mètres (autour de 15metres) et de plusieurs tonnes (autour de 50).
Tout d’un coup, on a 10 ans, on regarde cet animal avec des yeux d’enfants.
La magie sera la même lorsque nous verrons la deuxième baleine.

DSC_0532

DSC_0535

DSC_0553

DSC_0581

DSC_0586

Et puis tout d’un coup, oh un dauphin (un dusky dolphin, une espèce qu’on ne trouve qu’en Nouvelle Zelande), puis un autre, et puis des dizaines d’autres, encore un moment inoubliable qu’on ne peut regarder qu’avec des yeux d’enfants.

DSC_0607

DSC_0631

Apres 2h30 en mer, il faut rentrer…
Les enfants demandent quand est ce que qu’on revient, on explique que c’est un moment spécial, exceptionnel, qu'on ne peut pas venir souvent, mais, en secret, on se pose la même question.