En Nouvelle-Zélande (comme dans 84 autres pays) la fête des mères est le deuxième dimanche de Mai. Cette fête a été instaurée par une américaine Anna Jarvis pour célébrer sa propre mère, et a été adopté assez massivement dans le monde. Pour une fois, les néozélandais n’ont pas suivi les coutumes de la vieille Angleterre, qui elle fête les mères lors du quatrième dimanche du carême.

Donc, aujourd’hui, deuxième dimanche de mai, c’était ma fête (bonne fête Paulette), et les petits kiwis, comme surement tous les enfants du monde, préparent une carte, un cadeau, une petite attention pour leurs mamans.

La demi-portion a fait une carte avec sa maitresse (en utilisant Pic collage parce qu’on est moderne) et la mini en a fait une avec les Guides (les scouts), la maitresse ayant choisi de ne rien faire de particulier pour la fête des mères.

Sur les conseils d’une charmante caissière, les filles ont voulu me porter le petit déjeuner au lit, ce que j’ai refusé : j’aime boire mon café bien installée devant une table et sans risquer d’en reverser partout.

J’ai eu droit à quelques roses du jardin et a un bon brunch.

IMG_4767

IMG_4772

Je termine cette journée de fêtes des mères sur un poème entendu à la radio :

Mother 
If I could give you diamonds
for each tear you cried for me.
if I could five you sapphires
for each truth you've helped me see.
If I could give you rubies
for the heartache that you've known
If I could give you pearls
for the wisdom that you've shown. 
Then you'll have a treasure, mother,
that would mount up to the skies
That would almost match
the sparkle in your kind and loving eyes. 
But I have no pearls, no diamonds,
As I'm sure you're well aware
So I'll give you gifts more precious
My devotion, love and care. 

 

Bonne fetes des mères à toutes!